Judo

Horaires

Mercredi :

14h30-15h30 : baby judo (4-5 ans)

15h45-17h00 : 6 à 8 ans

17h15-18h45 : 8 à 12 ans et +

 

Vendredi :

19h15-20h30 : 12 ans et +

 

Samedi :

13h00-14h00 : baby judo (4-5 ans)

14h00-15h15 : 6 à 8 ans

15h15-16h30 : 8 à 12 ans

Tarifs

2 cours / semaine : 240 €

 

2ème enfant inscrit : 190 €

3ème enfant inscrit : 130 €

 

Inscriptions

Frédéric Chassard : 06 63 78 40 90

 

Histoire du judo

En observant les branches chargées de neige et voyant les plus grosses casser sous le poids de l’agresseur naturel et les plus souples s’en débarrasser en pliant, un moine japonais fit le constat suivant : le souple peut vaincre le fort.

 

S’inspirant de cette observation et des techniques de combat des samouraïs, Jigoro Kano posa en 1882 les principes fondateurs d’une nouvelle discipline : le Judo, littéralement « voie de la souplesse ». En proposant un développement physique, moral et spirituel, le Judo permet aux judokas de s’épanouir en harmonie avec eux-mêmes et surtout avec les autres.

 

En France, le judo apparaît dans les années trente, mais il se développe surtout après la deuxième guerre mondiale sous l’impulsion de Maître Kawaishi et de Paul Bonét-Maury, président-fondateur de la Fédération Française de Judo en décembre 1946.

A partir des années 60, le courant sportif devient dominant. Le judo est inscrit au programme des Jeux Olympiques de Tokyo en 1964. Brillants lors des compétitions européennes, les judokas français obtiennent leurs premiers succès en 1972 aux Jeux de Munich, puis au Championnat du monde de Vienne en 1975 où Jean-Luc Rougé devient le premier champion du Monde français.

 

Depuis, les résultats français n’ont fait que progresser tant chez les garçons que chez les filles. En 2000, aux Jeux Olympiques de Sydney, David Douillet devient le judoka le plus titré de tous les temps (4 fois Champion du Monde et 2 fois Champion Olympique).

 

Aujourd'hui la FFJDA compte près de 600 000 licenciés, ce qui la place comme la troisième fédération « olympique » en France. Cette réussite est l’histoire d’une passion partagée depuis toujours par tous les acteurs du Judo français, dirigeants, professeurs et pratiquants dans le respect des valeurs morales conformes à l’éthique du Judo:

 

  • La politesse : c’est le respect d’autre
  • Le courage : c’est faire ce qui est juste
  • La sincérité : c’est s’exprimer sans déguiser sa pensée
  • L’honneur : c’est d’être fidèle à la parole donnée
  • La modestie : c’est parler de soi-même sans orgueil
  • Le respect : sans lui aucune confiance ne peut naître
  • Le contrôle de soi : c’est savoir se taire lorsque monte la colère
  • L’amitié : c’est le plus pur des sentiments humains

Programme des grades

Ceinture blanche à jaune

 

 

Ceinture jaune à orange

 

 

Ceinture orange à verte

 

 

Ceinture verte à bleue

 

 

Les katas

Ce sont des exercices techniques conventionnels que l’on retrouve dans la plupart des arts martiaux orientaux. Ces formes d’entraînement constituent les bases fondamentales du judo traditionnel. Il s’agit d’exercices codifiés présentant les principales techniques du judo dans un cadre prédéterminé selon des formes préétablies et suivant un cérémonial précis.

 

Les katas présentent aussi l’esprit de la discipline et mettent en valeur des qualités de base du judoka.

 

Il existe huit katas en judo. Chaque kata illustre différents aspects et principes de notre discipline et garantissent la transmission du judo dans sa tradition et son intégrité

Le nage-no-kata

 

Il présente les principales formes de projection. Il est divisé en cinq séries correspondant à 5 familles de techniques.

 

L’ensemble des techniques sont effectuées à droite et à gauche et réalisées selon un déplacement préétabli   . Il s’agit ici de mettre en valeur des principes essentiels propres aux techniques de projection : le déséquilibre, le placement et la chute.

 

1- Mouvements de bras (Te-waza)

 

uki-otoshi (renversement flottant)

ippon-soei-nage (projection par une épaule)

kata-guruma (roue autour des épaules )

 

2- Mouvements de hanches (Koshi-waza)

 

uki-goshi (hanche flottée)
harai-goshi (hanche fauchée)
tsuri-komi-goshi (hanche pêchée)

 

3- Mouvements de jambes (Ashi-waza)

 

okuri-ashi-barai (balayage des deux jambes)
sasae-tsuri-komi-ashi (blocage du pied en pêchant)
uchi-mata (fauchage interne)

4- Sacrifices sur le dos (Ma-sutemi-waza)

 

tomoe-nage (projection en cercle)
ura-nage (projection en arrière)
sumi-gaeshi (renversement dans l’angle)

5- Sacrifices sur le côté (Yoko-sutemi-waza)

 

yoko-gake (accrochage de côté)
yoko-guruma (enroulement de côté par l’extérieur)
uki-waza (projection latérale avant)

Le katame-no-kata

 

Il présente les principaux aspects du judo au sol. Il comporte quinze techniques réparties en trois séries. La première série concerne les   immobilisations, la seconde série   les techniques de strangulation et la troisième série présente les luxations. Toutes les techniques sont présentées dans leur forme de base, puis à partir des réactions programmées du partenaire, dans leurs adaptations possibles.

11osaekomi-waza (techniques d’immobilisation)

kuzure-gesa-katame (contrôle latéro-costal)

kata-gatame (contrôle par l’épaule)

kami-shiho-gatame (contrôle arrière sternal)

yoko-shiho-gatame (contrôle latéro-sternal)

kuzurekami-shiho-gatame (variante du contrôle arrière sternal)

21- shime-waza (techniques d’étranglement)

kata-juji-jime (étranglement croisé)

hadaka-jime (étranglement arrière par l’avant-bras)

okuri-eri-jime (étranglement arrière par le revers)

kata-ha-jime (étranglement par contrôle d’un bras)

gyaku-juji-jime (étranglement croisé facial)

31kwansetsu-waza (techniques de luxations)

ude-garami (luxation en torsion)

ude-hishigi-juji-gatame (luxation en croix)

ude-hishigi-ude-gatame (luxation en hyper-extension)

ude-hishigi-hiza-gatame (luxation du bras par le genou)

ashi-garami (luxation de la jambe)

Le kime-no-kata

 

Ce kata est composé de deux séries. La première série comporte huit techniques au sol . La seconde série présente douze techniques debout. Ce kata met en valeur l’esprit de décision mis en avant   par la partie du judo dans sa composante martiale originelle. Les techniques de self défense sont tantôt appliquées contre un adversaire à mains nues puis armé d’un couteau, et enfin attaquant avec un sabre.

1idori (assis) :

  • Contre une attaque non-armé

ryo-te-dori (prise des deux mains)

tsuki-gake (coup de poing à l’estomac)

suri-age (coup au visage)

yoko-uchi (coup de poing de côté)

ushiro-dori (prise aux épaules par l’arrière)

 

  • Contre une attaque armé

tsuki-komi (coup de pointe à l’estomac)

kiri-komi(coup de tranchant sur la tête)

yoko-tsuki (coup de pointe de côté)

2 - tachi-aï (debout) :

  • Contre une attaque non-armé

ryo-te-dori (prise des deux mains)

sode-tori (prise de manche)

tsuki-kake (coup de poing au visage)

tsuki-age (coup de poing de bas en haut)

suri-age (coup au visage)

yoko-uchi (coup de poing de côté)

ke-age (coup de pied au bas-ventre)

ushiro-dori (prise aux épaules par l’arrière)

 

  • Contre une attaque armé

tsuki-komi (coup de pointe à l’estomac)

kiri-komi (coup de tranchant sur la tête)

nuki-kake (blocage du sabre)

kiri-oroshi (pourfendre avec le sabre)

Le juno-kata

 

Il est considéré comme étant le kata que de la souplesse. Il doit être effectué un rythme lent et ne comporte aucune projection. Composé de trois séries de cinq techniques il relate des principes de défense terminés six par des contrôles du partenaire en élongation.

 

Le go-no-sen-no-kata

 

Il présente en deux séries de 6 techniques les principaux contres directs du judo . La première série porte sur des mouvements de jambes. La seconde série concerne des mouvements de hanche.

 

Le goshin-jitsu

 

Il présente différentes techniques de défense personnelle face à des attaques rapprochées de poings, de pieds, de couteau, de bâton ou de revolver. Il traite aussi des différentes des agressions possibles sur saisie. Il comporte au total 21 techniques. C’est le kata les plus récent puisque créé en 1956.

 

Le koshiki-no-kata.

 

Ce kata présenteles formes antiques de self défense. Il se compose de deux séries comportant respectivement 14 et 16 techniques. La première série est effectuée lentement puisque les combattants sont présumés porter une armure. La deuxième série s’enchaîne rapidement sans aucun temps d’arrêt.

 

L’itsutsu-no-kata

 

C’est le plus court de tous les katas puisqu’il ne comporte que cinq techniques. Il présente ainsi que les cinq principes du judo :

- mobilisation de l’énergie.

- une résistance.

- force centripète.

- alternance.

- vide.

 

Seuls les sept premiers katas sont actuellement pratiqués en France au sein de la fédération française du judo. Le nage-no-kata reste le kata de base. La réalisation de ses trois premières séries est indispensable à l’obtention du grade de ceinture noire le premier dan compétition.

Pour obtenir le deuxième Dan il faudra réaliser ce même Kata mais en entier c’est-à-dire l’ensemble des cinq séries.

Pour le troisième dan il faut actuellement présenter le katame no-kata ainsi que le goshin jitsu no-kata.

Au programme du quatrième Dan compétition figure le kime-no-kata ainsi que le Go-no-sen-no-kata.

Pour les cinquième et sixième Dan les candidats devront présenter au choix et suivant les formules plusieurs katas parmi ceux présentés ci-dessus.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Association Cercle Marc Lacay